Home Les Plages La vive et la piqûre de vive

La vive et la piqûre de vive

146
SHARE
La vive et la piqûre de vive
Photo by Pixabay.com

En Afrique du Sud, il y a le grand requin blanc, en France, il y a la redoutable vive. Évidemment, il vaut mieux rencontrer sur son chemin une vive de 20 cm plutôt qu’un requin blanc de 6 mètres avec la gueule grande ouverte, cependant, il ne faut pas sous-estimer le potentiel de nuisance des petites bestioles, qui sont certes moins impressionnantes que les grands prédateurs, mais qui n’en sont pas moins dangereuses, les fourbes.

Prenons une vive, morte de préférence, et déployons sa nageoire dorsale. Que voyons nous ?

Et bien nous voyons des épines, et à l’intérieur des épines se trouve un petit canal qui véhicule le venin. La vive s’enterre dans le sable, laisse dépasser sa nageoire  dorsale, et quand vous marchez sur le dos de la vive, les épines très acérées pénètrent dans le pied et inoculent le venin.

Je connais un pêcheur qui a été piqué à la main par une vive en la manipulant. D’après ces dires, cela fait  » très mal et ça dure longtemps « . La piqure de vive a la réputation d’être particulièrement douloureuse et de durer un bon paquet d’heures. D’après la légende – qui doit certainement avoir un fond de vérité – la douleur dure le temps d’une marée et revient à la marée suivante. Dans le cas d’une piqûre à la main, la douleur irradie dans tout l’avant bras jusqu’au coude. Même quand la vive est morte, le poison reste actif, donc si vous achetez une vive pour la manger, comme je le fais parfois, vous devez être très prudent pendant le transport et surtout pendant la préparation.

En plus des épines de la nageoire dorsale, il y a un autre aiguillon dont il faut se méfier, il s’agit de l’aiguillon operculaire.

L’opercule protège les ouïes du poisson, et chez la vive, il se termine par un aiguillon venimeux très dur et très pointu.

Ci-dessus, détail d’un aiguillon operculaire dont l’extrémité a pénétré dans la chair du poisson. Il faut se méfier de cet aiguillon lors de la manipulation d’une vive, car il est assez efficace et peut pénétrer très facilement dans un doigt ou une main.

Pour préparer une vive dans le but de la manger, la première étape consiste à couper précautionneusement l’aiguillon operculaire et les épines de la nageoire dorsale. Après cette opération, la vive se prépare classiquement comme les autres poissons.

Que faire en cas d’envenimation par une vive ? Si vous avez une cigarette, vous pouvez approcher le bout incandescent près de la piqûre afin de détruire le venin. Dans tous les cas, il faut consulter un médecin.

Pour éviter une piqûre de vive, il faut se baigner avec des chaussures de plage. Au début, cela fait bizarre de se baigner avec des chaussures, puis on s’y habitue et finalement on finit par ne plus pouvoir s’en passer.

Pendant longtemps, la plage d’Hendaye a eu une bonne réputation pour les piqûres de vive. J’ai demandé son avis à un prof de surf qui travaille sur la plage et il m’a répondu que « ça s’est calmé. Il y en a eu, mais ça s’est calmé ».

Une dernière chose. Si vous voulez tripoter la nageoire dorsale d’une vive, ne l’attrapez pas avec les doigts, comme moi, car c’est dangereux. Il faut attraper la nageoire dorsale avec une pince.